Whitefield street shop
ITPL zone
Construction site in Whitefield
Whitefield workers

Whitefield, comme on vous en avait déjà parlé, c’est le quartier où je (Nicolas) travaillais jusqu’au mois d’Août, dans une agence de publicité internationale ayant élue domicile dans un de ces nombreux “tech-parks”, ces zones de bureaux copiés sur les standards occidentaux qui ont poussés comme des champignons dans cette banlieue/campagne de Bangalore. Passé cette petite fascination pour cette zone mixte en développement débridé, travailler là-bas rime quand même avec embouteillages délirants, “cubicles” sans lumière du jour et cafétérias sans grande saveur. Heureusement, les collègues accueillants sont là pour rattraper le tout et c’était très confortable d’atterir à Bangalore dans cet environnement “normé”.
Mais l’une de nos ambitions en venant ici était aussi de lancer nos propres projets et devenir entrepreneurs. Johanne s’est donc chargée de créer notre start-up, TITRI Digital Services et je l’ai donc naturellement rejoint depuis Septembre pour continuer à développer ce projet.
On ne sait exactement où on va mais c’est plutôt excitant de gérer sa propre entreprise. Si vous voulez en savoir plus sur ce côté “professionnel”, jetez un oeil à mon post sur Adcoholic (mon blog pro).
Bref, avant de quitter ces lieux, j’ai voulu néeammoins finir cette série photo sur Whitefield que j’avais commencée en me balladant de temps en temps sur les routes aurtour de mon lieu de travail. Je ne pouvais pas finir cette série sans photographier l’épicentre de cette zone, ITPL, un complexe d’entreprises hébergées dans plusieurs bâtiments de verre aux noms aussi romantiques que “Explorator”, “Innovator” ou “Creator” (qui héberge par exemple pas moins de 3000 employés de la Société Générale). Ce qui est étonnant, c’est que malgré la modernité un brin arrogante de ce genre de complexe, les rues environnantes restent bordées de petites boutiques de fortune bien Indiennes vendant de la cigarette individuelle au repas chaud et attirant finalement tous les “techies” pendant leurs pauses.
Ce jour là, je me suis aussi retrouvé un brin par hasard sur le toit d’un parking de 8 étages presque entièrement vide ou encore au milieu du chantier d’un bâtiment énorme, ressemblant à un paquebot. Le genre de situations photogéniques que je m’amusais à rechercher pendant ces pauses lunch et qui me manqueront peut-être au final.

Villa Palm Meadows
Palm Meadows Club

Autant être honnête avec vous, quand nous avons publié notre article sur Whitefield, nous avions un peu hésité à le faire car il nous manquait au moins un visuel important de cette zone : une villa de la “gated community” la plus connue de Bangalore, “Palm Meadows”.

Comment parler des incroyables contrastes de Whitefield sans montrer les villas parfaites, les allées de palmiers et le gazon impeccablement tondu de ce paradis artificiel ? Au final, ça nous permet de faire un article entier sur cet étonnant sujet.

“Palm Meadows”, on en a entendu parler avant même d’arriver à Bangalore étant donné que c’est un des lieux que choisissent (par facilité ou envie) bon nombre d’expats Français. Depuis qu’on est ici, les témoignages d’amis avaient aiguisé notre curiosité. On parlait d’un lotissement qui n’avait rien à envier à la Floride, qui faisait penser que Desperate Housewife aurait pu être tourné en Inde, voire “The Truman Show”… Tout est vrai.

Invités pour la première fois à un déjeuner au “club” de Palm Meadows (oui parce qu’en plus des 600 villas, du supermarché, des différentes piscines, salles de gym, Palm Meadows a son club avec restaurants et hôtel), nous avons donc enfin pu voir par nous-même ce lieu surréaliste. Surréaliste parce que nous sommes en Inde bien sûr, mais même en France, ce genre de “communauté” serait bizarre. Parce que même si on s’y attendait, l’échelle de cette ville dans la ville et le contraste avec la “vraie” ville Indienne a dépassé les images que nous nous en étions faites. C’est simple, les gens vivent ici au “club med”. Les enfants se balladent en vélo ou trottinette au milieu de la rue, personne ne fait attention à sa tenue vestimentaire (pas de soucis pour sortir le mini short), les familles organisent des “party” au bord de la piscine du club, les papas partent au travail en Toyota Innova conduits par leurs chauffeurs et pas mal de mamans tournent en rond toute la semaine (on a d’ailleurs surnommé ce lieu “MILF Meadows” avec un collègue).

Bref, on avait évidemment déjà un avis sur la question avant même de venir mais notre visite nous l’a confirmée. Et le film auquel il nous fait penser serait même plutôt Wall-E…

(mais on vous aime bien quand même vous qui vivez là-bas, et n’oubliez pas de nous inviter !)

by in Bangalore, Slideshow

devil
whitefield by night
lake
Phoenix mall
Destroyed Slum in front of a corporate building

Whitefield (le champ blanc), c’est le nom ironique du quartier, ou plutôt zone, où je (Nicolas) travaille comme beaucoup de monde à Bangalore. Situé à une quinzaine de kilomètres du centre de la ville, il y a encore 10 ans, ce lieu n’était bel et bien que champs et villages. Aujourd’hui, c’est devenue un des centres majeurs de l’outsourcing IT de Bangalore voire du pays et un territoire en plein boom immobilier sauvage.

Ces zones de bureaux (qu’on appelle ici “tech-park”) ne sont reliées par aucun moyen de transport en commun (hormis les bus) au reste de la ville et ne sont desservies que par deux axes routiers qui comme leur nom l’indique ne datent pas d’hier… Old Madras Road et Old Airport Road. Les embouteillages sont donc assez impressionnants aux heures de pointe et il faut compter une bonne heure pour faire le trajet de 15 kilomètres en bus ou voiture (bon en moto on s’en sort pour 30 min).

Pour éviter ces temps de transport, certains choisissent de plus en plus de vivre à Whitefield. Ils y sont en plus poussés par des programmes immobiliers tous plus clinquants les uns que les autres. Ca va de l’immeuble d’habitations massif dont on clame l’environnement vert au lotissement de villas digne de “Desperate Housewifes” qui se revendique le plus “exclusif”.

Le tout est bien entendu saupoudré de centre commerciaux dignes de ceux que l’on trouve dans le reste du monde mais aussi de bidonvilles, décharges et encore quelques champs de cocotiers ou eucalyptus ici ou là.

On a souvent l’impression qu’ils sont en train de répéter, voire d’amplifier toutes les erreurs qu’on a pu faire dans les années 60-70 en Occident…

Pourtant, dans tous ses contrastes ce territoire a quelque chose de fascinant et c’est assez excitant d’en être le témoin. J’ai donc décidé de l’explorer un midi par semaine, armé de mon appareil photo pour tenter de capturer ce paysage mouvant. Voilà les premières photos de ce projet en cours donc.

Notre start-up : TITRI

Bangkok VS Kuala Lumpur VS Singapore TOP 10 restaurants Indiranagar 2014 Que faire à Bangalore ? Notre TOP 10 Only In India Bang Alors?! Yoga Quiz Traffic Vespa - local painting Shared Ambi! Bullet trip

Facebook

Twitter

G+

Notre trip moto Paris-Sydney

On The Road Again, the blog for all our trips Out of India, including the one we did from Paris to Sydney on a motorcycle...

Email newsletter

RSS Abonnez-vous au blog par email / You'll receive an email for every new post

Categories

Crazy green of the paddy fieldsKeep on exploringElephant stablesBig loadSchoolgirl ridingBy the riverTemple under watchDrying after the bathView over the paddy fieldsView over Hampi at duskInsanely green paddy fieldEngine coming to start the ferry service from one side of the river to an otherYali (a creature made of many animals) pillarOld man cycling in the paddy fieldsPerfect reflection in the paddy fieldKama sutra never too far from the temple statuesQueen's bathThe funny face

Archives

Expats Blog