Pause à Cherai Beach

09 déc.
2015

Chinese Net
Manoeuvre délicate
Paysage Kéralais
Barque dans les backwaters
Monsieur sur caisse

Après plusieurs week-end passés à Bangalore, on avait envie de calme, de sérénité.
Nous avons décidé de partir à Cherai Beach, aux 3 Eléphants, un “eco-resort” de goût tenu par des Français, et donnant directement sur les backwaters.

Cherai Beach a une géographie bien particulière. Non loin de Cochin (ou Kochi), cette langue de terre d’une centaine de mètres de large donne d’un côté sur les backwaters et de l’autre sur l’océan. Honnêtement, côté océan, ce n’est pas la plus belle plage que l’on ait pu voir en Inde (même si il est toujours agréable de pouvoir sauter dans les vagues). Du côté Backwaters, c’est un véritable havre de paix. De là, on peut observer pendant de longues minutes les pêcheurs utilisant les fameux filets chinois qui semblent bien propres par rapport à ceux que l’on a l’habitude de voir à Cochin… (ils pêchent à l’ampoule de nuit, des crevettes et petits poissons et apparemment, ça marche très bien). On prend des barques pour traverser un bras de rivière, on marche sur des chemins larges de quelques mètres entourés de rivières… Depuis un bateau, on a aussi tout le loisir d’observer la vie se dérouler dans cet environnement unique, voire, en poussant un peu plus loin, de se retrouver au milieu d’un petit port peuplé de bateaux de pêche colorés aux formes plus un brin surréalistes.

On en a même profité pour faire un petit saut à Cochin, où il est toujours agréable de se balader dans ses ruelles historiques.
Accessible facilement depuis l’aéroport de Cochin, cet endroit ressourçant est un véritable échappatoire à la vie de Bangalore… on y retournera certainement !

A photo posted by Nicolas Mirguet (@scalino) on

A photo posted by Nicolas Mirguet (@scalino) on

A photo posted by Nicolas Mirguet (@scalino) on

A photo posted by @_jobar_ on

Le surf en Inde, c’est possible !

Depuis l’année dernière et notre séjour désormais annuel à Mamallapuram (durant la mousson à l’Ouest du pays), nous avions découvert qu’il était possible de surfer en Inde. En début d’année, c’est à Varkala que nous envions les Anglais qui s’étaient lancé dans la création d’un club surf & yoga. Et ce mois-ci, nous sommes retournés sur la côte Est, juste en dessous de Chennai pour découvrir, non seulement que la culture surf commençait à être vraiment installée à Mamallapuram mais aussi que des clubs de surf – guest-houses commencent à apparaître sur le reste de la côte.
Sur le bons conseils d’un expat français de Chennai (merci Gaël !), nous avons pu testé le spot de Covelong (ou Kovalam, à ne pas confondre avec le Kovalam du Kérala) où une guest-house & resto & club de surf vient d’ouvrir. Contrairement à la plupart des guest-houses du coin, celle-ci a vraiment du charme, l’architecture du lieu mêle béton brut, bois et bambou et surtout, elle bénéficie d’une plage presque privée (qu’elle maintient propre) tant il n’y a rien d’autre ou presque dans le village. Le spot est aussi bien adapté au surf : la plage est en arc de cercle, la vague déroule gentiment vers la droite, une “right-hander” pour les spécialistes. Après, les vagues ne sont pas surpuissantes, on avait environ un mètre et demi, ce qui est bien pour les débutants.
Ce qui est assez impressionnant, tant à Covelong qu’à “Mamalla” c’est à quel point le surf est en train de rentrer dans la culture locale, de plus en plus de jeunes, voire enfants indiens s’y sont mis et ont un niveau impressionnant (il y a 8 ans, lors de notre premier passage à Mamallapuram, il n’y avait pas un seul surfeur). Des offres dédiées aux touristes apparaissent aussi.
D’autres spots sont à tester, notamment à Rameshwaram, près du fameux temple, juste en face du Sri Lanka où la mer a l’air superbe. Et certainement de nombreux autres qui n’attendent qu’à être découverts… Pour une fois, une envierait presque les habitants de Chennai qui peuvent aller surfer tous les week-ends !

by in Bangalore, Food

Depuis ces derniers mois, on ne peut plus les ignorer : aux heures des repas, ce sont des dizaines et des dizaines de livreurs qui s’activent dans Bangalore pour livrer les menus proposés par pléthore de nouvelles applications mobiles comme FreshMenu, Spoonjoy ou encore Dazo. Il se livre actuellement une petite bataille virtuelle sur ce segment et nul doute que tous n’en sortiront pas indemnes…

Il existe deux grands trends : les entreprises qui cuisinent elles-mêmes leurs plats et qui les livrent et celles qui se contentent d’afficher les cartes des restaurants des environs (en sélectionnant plus ou moins quelques plats) puis qui se chargent de la commande auprès du restaurant et de la livraison.

La clé du succès repose à la fois sur la qualité des plats, le prix et le temps de livraison, ce qui est un avantage pour les applications qui ont juste besoin de livrer depuis une cuisine centrale et qui n’ont pas à aller se fournir dans un restaurant tiers.

Ce modèle est particulièrement pertinent dans une ville comme Bangalore où le trafic rend chaque déplacement difficile. Beaucoup de personnes travaillent aussi dans des “IT Park”, des complexes de bureaux où l’offre pour déjeuner est vraiment très limitée voire inexistante…
Ces applis sont en général très bien marketée, avec de belles photos qui mettent bien en avant les produits (même si au final on les reçoit en plateaux-repas) et utilisent la géolocalisation, même si la lecture des cartes ici n’est pas quelque chose d’habituel et que le petit coup de fil avant livraison est rarement évité (et parfois compliqué à gérer).

Depuis quelques temps nous avons donc commencé à tester toutes ces solutions pour nous en faire une idée un peu plus précise.
Déjà, ce que l’on remarque tout de suite est le prix souvent très abordable (entre 100 et 300 rps pour la plupart) ! Par contre, la qualité reste très aléatoire.

Les applis que nous retenons :

> Fresh Menu : Ils ont leur propre menu qui change tous les jours. Un peu plus cher que la moyenne mais la qualité est impressionnante et les portions très copieuses. Surtout des plats non-indiens par contre.

> Dazo. Prix très abordables (et encore ils ont changé depuis peu leur interface permettant de naviguer dans différentes catégories comme sur Uber) , qualité correcte mais variable. Ils ont un modèle un peu entre deux car ils offrent certains plats qu’ils cuisinent eux-mêmes et une sélection de plats d’autres restos. Ca paraît une bonne idée mais vu qu’ils ne centralisent en fait rien, ils livrent les plats avec différents livreurs au fur et à mesure… De plus, lors de notre dernière commande, le délai a été très long et la nourriture ne correspondait pas toujours à ce qui était en photo sur l’appli…
Ils sont tout de même les seuls livreurs qui ont réussi à arriver chez nous sans nous appeler avant !

> Swiggy : Ils ne possèdent pas de cuisine en propre mais proposent les cartes de nombreux restaurant. Service rapide et efficace. Pas mal pour tester des restos dans lesquels on ne serait pas allé (trop loin ou ambiance moyenne) ou pour retrouver un bon plat d’un resto dans lequel on a l’habitude d’aller (ils livrent même des desserts ou glaces uniquement).

Nous avons aussi testé Faasos, nourriture de très mauvaise qualité pour le coup, et SpoonJoy, bonne qualité mais notre plat était arrivé froid…

Ceci n’est qu’un petit aperçu, nous n’avons pas encore testé Eatlo, TinyOwl, Delyver, FoodPanda, Zomato, Latenight, Justeat, Getmyfood, Nutritown et pas mal d’autres !!

On va quand même faire attention à ne pas tomber dans le piège et continuer d’arpenter les rues de Bangalore pour se régaler ! Reste à voir d’ailleurs si le phénomène de mode ne va pas retomber mais il est tout de même indéniable que ces applications remplissent un vrai besoin ici.

Notre start-up : TITRI

Bangkok VS Kuala Lumpur VS Singapore TOP 10 restaurants Indiranagar 2014 Que faire à Bangalore ? Notre TOP 10 Only In India Bang Alors?! Yoga Quiz Traffic Vespa - local painting Shared Ambi! Bullet trip

Facebook

Twitter

G+

Notre trip moto Paris-Sydney

On The Road Again, the blog for all our trips Out of India, including the one we did from Paris to Sydney on a motorcycle...

Email newsletter

RSS Abonnez-vous au blog par email / You'll receive an email for every new post

Categories

Keep on exploringBig loadBy the riverView over the paddy fieldsView over Hampi at duskEngine coming to start the ferry service from one side of the river to an otherPerfect reflection in the paddy fieldCrazy green of the paddy fieldsElephant stablesSchoolgirl ridingTemple under watchDrying after the bathInsanely green paddy fieldYali (a creature made of many animals) pillarOld man cycling in the paddy fieldsKama sutra never too far from the temple statuesQueen's bathThe funny face

Archives

Expats Blog