Dialogue au garage

09 avril
2012
by in Bangalore, Dialogue

Dialogue au garage

Ce w-e j’ai découvert un nouveau quartier à Bangalore : Broadway. Sauf qu’ici les music-halls ont été remplacés par des garages et des mécanos en tous genres. On y croise donc des files de rickshaws en réparation, des Royal Enfields démantelées, des scooters en pièces, des shops d’huile de vidange, des boutiques pleines de pièces détachées jusqu’au plafond etc etc… C’est exactement ce que je cherchais !
Plus ou moins par hasard j’ai atterri dans un “garage” (une pièce sur la rue) justement spécialisé dans les Bajaj Chetak (j’ai acheté un scooter, je vous raconte ça dans un prochaine article) et scooters LML. Ici on ne prend pas de rdv, on se faire servir un chaï et on discute avec tout le monde en attendant que le “boss” ait terminé avec le précédent scooter. Ca donne des échanges assez drôles, dont voici un extrait :

Mec aux cheveux teints à l’henné en roux, “Adji” – “De quel pays est-ce que tu viens ? (LA question qui démarre chaque échange)
Moi – France
A – Tu travailles ici ou t’es étudiant ?
M – Je travaille.
A – Combien est-ce que tu gagnes (question assez gênante qui revient aussi assez souvent)
M – euh… je viens d’arriver, je n’ai pas eu encore un mois de salaire entier, et puis tu sais en France, on ne dit pas trop ce genre de choses.
A – Aaaah, tu n’as pas encore complété un mois ?
M – Non voilà.
A – Moi j’ai travaillé dans plein de pays aussi. Arabie Saoudite, Bahreïn, Jordanie… Pendant 18 ans ! Je suis un formateur de l’armée de l’air. Je travaille pour l’armée Indienne maintenant.
M – Ah d’accord, t’as dû gagner plein d’argent dans ces pays là non (puisqu’ils veulent parler d’argent, allons-y)?
A – Oui, mais j’en envoyais beaucoup à ma famille. Je suis le fils aîné de ma famille donc j’ai aidé à payer pour les études de mes frères et soeurs. Maintenant mon frère est un docteur, je suis content. Moi je ne suis pas propriétaire, je loue mon logement. Mais ça ne fait rien, de toutes façons, je serai récompensé par Dieu. Il n’y a que ça qui compte, les humains, on est rien.
M – aaah, ok…
A – Mais aujourd’hui, les gens changent. Avec la croissance économique, tout le monde devient plus égoïste. Ils ont des bons emplois, donc ils veulent des voitures, des motos, des maisons. Avant, on ne gagnait rien, donc on ne pensait qu’à Dieu. Maintenant, c’est en train de changer et ce n’est pas bon !
M – Et donc Bangalore a changé ?
A – Oui, énormément, depuis que les entreprises étrangères sont arrivées. Les Américains ont amené leur esprit capitaliste. Mais ils ne vont pas durer les Américains. Ils ont trop de problèmes, trop de haine dans leur pays. Ils exploitent les Noirs, ils les détestent.
M – Ah bon ? mais ils ont quand même élu Obama qui est Noir, comment tu peux dire ça ?
A – Non mais ça Obama, c’est un coup monté pour faire croire au monde qu’ils sont sympas et qu’ils ne maltraitent pas les Noirs, mais ce n’est pas vrai…
M – Et qu’est-ce que tu penses des Français ?
A – Les Français c’est différent. Les Français, les Espagnols, des bonnes personnes. En France, vous êtes très forts pour protéger votre travail. Dès qu’il y a un problème, hop, tout le monde dans la rue avec des pancartes, tout ça ! c’est bien ça.
… “

Ensuite est arrivé le tour de mon scooter.

A la poursuite du 2BHK

03 avril
2012

A la poursuite du 2BHK

Un 2BHK ? c’est quoi ? 2 Bedrooms (chambres), 1 Hall (salon), 1 Kitchen (cuisine). C’est un peu la base des apparts à Bangalore. Je ne suis même pas sûr qu’il soit possible de trouver plus petit en fait. Donc tout le monde vit en famille, ou en coloc.

Pour partir à la recherche du nid convoité, il est préférable ici de passer par un broker, soit un agent immobilier qui va s’arracher pour vous faire visiter un maximum d’apparts et toucher sa comission d’un mois de loyer une fois le bien trouvé. Pas de PAP ou de SeLoger ici, mais tout de même un site de petites annonces qui émerge, Sulekha.

Bref, j’ai testé les deux solutions et c’est finalement grâce à un broker que j’ai trouvé. Il (enfin, un de ses “boys”) m’a tout de même fait visiter une dizaine d’apparts en 4 jours donc c’est allé assez vite. Ca commence par des tours à moto sans casque derrière un des fiers représentants de “Golden Nest” et ça finit par marchander le montant du loyer avec le proprio sur le pas de la porte. Je vous passe les apparts où on attend les clés alors que la porte est ouverte, les familles qu’on dérange alors qu’on s’est trompé d’appart ou les “complex” visités avec pisine (en construction ou en “maintenance”), gym room et… “party hall” !

L’appart que j’ai donc finalement décroché se situe dans un des coins les plus sympas de Bangalore, Indiranagar (en même temps c’est presque le seul quartier que je connais depuis mon arrivée) avec nombreux restos, bars et boutiques (même si on est bien en Inde, donc ça ne saute pas aux yeux tout de suite). Notre 2BHK est au 4e étage avec une vue dégagée sur tout Bangalore (rare, même si ce n’est pas la vue sur Montmartre non plus comme vous pouvez le voir ci-dessus) avec un balcon pour profiter des soirées clémentes d’ici. L’immeuble est fidèle aux standards Indiens, c’est à dire, un rez-de-chaussée parking, 4-5 étages d’apparts et un style architectural non déterminé empruntant quelques détails gréco-romains d’un goût douteux (genre colonnes).

Au niveau du quartier, Appa Reddy Palya (j’ai mis du temps à retenir l’adresse) c’est plein de petites ruelles avec des petites boutiques traditionnelles ou improbables, tailleurs, garagistes deux-roues, épiciers, grossistes en riz, repasseur, marchand de poisson ou de poulets (vivants) etc… Bref, on sent bien qu’on est en Inde ici mais ça reste assez calme. A part quand il y a un festival hindou comme ce w-e où ils ont défilé à coups de tambours toute la nuit et une partie de la matinée tout autour de notre immeuble.

On devrait être bien ici (quand Johanne sera enfin arrivée) et il ne manquera plus que vous dans la chambre d’amis qui vous sera grande ouverte bien sûr ! (bon j’ai pris un Suédois, en stage à l’agence, en coloc, en attendant Johanne mais promis, il ne va pas rester…)

Il n’y a pas à se poser la question en fait. Les Indiens sont naturellement hyper sociables et en plus ils ont prévu toute une série de petites épreuves à passer pour faciliter son intégration.  C’est du moins le cas dans mon bureau.

Donc si au début, j’ai été assez impressionné par la grandeur de mon nouvel espace de travail et le nombre de nouveaux collègues plus bruyants les uns que les autres, je dois avouer que je me suis finalement senti à l’aise très vite.

Déjà, je suis dans une équipe réduite de 6 personnes, ce qui facilite les échanges. Ensuite, ils ont tout de suite mis en place un petit truc sympa, je leur apprend un mot de Français par jour, ils me l’apprennent en Hindi et Kanada (la langue locale du Karnataka, l’état de Bangalore).

Chaque nouvel arrivant doit aussi faire deux choses. La première, c’est le “third day sweets“, donc comme son nom l’indique, lors de son 3e jour, tout nouvel arrivant doit distribuer à chaque personne une sucrerie et se présenter. Serrages de main formels, échanges des prénoms (ce qui s’avère assez compliqué vu que les Anup, Subash, Dipika, Sapna et autres Manasi ne font pas trop parti des dénominations auxquels nous sommes habitués). J’en ai donc profité pour les prendre chacun en photo et écrire leur nom pour le retenir (d’où la mosaïque ci-dessus). L’idée était de me faire un petit album pour mieux retrouver leurs prénoms. C’était sans compter sur le naturel blagueur de mes nouveaux collègues qui m’ont, pour une partie, donné des prénoms de stars de Bollywood plutôt que les leurs.

La deuxième chose à faire est la “First Time Presentation“, soit une présentation devant tout le bureau sur qui on est, d’où on vient, ce qu’on aime faire mais aussi qui on aime au bureau et qui on n’aime pas ! Ces présentations se finissent en général par une petite épreuve en lien avec ses passions, certains se retrouvent donc à devoir danser, chanter, jouer un morceau de pièce de théâtre ou montrer des photos. Je n’y ai pas encore eu le droit mais ça ne saurait tarder.

Après, l’ambiance générale est assez dingue. Il se passe toujours un truc. Ca crie d’un bout de l’open-space à l’autre, ça se balance des trucs, ça joue du djembé (oui oui, en plein open-space), ça regarde des vidéos sans écouteurs et ça discute, ça discute. Le meilleur c’est que c’est pareil dans les réunions, tout le monde est convié à des réunions qui pourraient être efficaces à 3 ou 4. J’ai aussi eu le droit à une réunion avec le client qui s’est terminée en Pictionnary sur les caractéristiques des nouveaux produits !

Au fait, je travaille dans une agence de publicité, et je crois que c’est aussi ce qui fait que c’est assez “détendu”.

Bref, autant vous le dire, cette ultra-sociabilité me plaît bien et on se sent vite à l’aise. Niveau travail, je peine un peu surtout au niveau de l’anglais, tant pour m’exprimer que pour les comprendre (certains ont un accent très très fort), mais ça évolue positivement. On verra donc si j’arrive à supporter cette agitation après plusieurs mois et des vrais projets sur lesquels bosser…

 

Notre start-up : TITRI

Bangkok VS Kuala Lumpur VS Singapore TOP 10 restaurants Indiranagar 2014 Que faire à Bangalore ? Notre TOP 10 Only In India Bang Alors?! Yoga Quiz Traffic Vespa - local painting Shared Ambi! Bullet trip

Facebook

Twitter

G+

Notre trip moto Paris-Sydney

On The Road Again, the blog for all our trips Out of India, including the one we did from Paris to Sydney on a motorcycle...

Email newsletter

RSS Abonnez-vous au blog par email / You'll receive an email for every new post

Categories

Crazy green of the paddy fieldsKeep on exploringElephant stablesSchoolgirl ridingTemple under watchDrying after the bathInsanely green paddy fieldEngine coming to start the ferry service from one side of the river to an otherYali (a creature made of many animals) pillarOld man cycling in the paddy fieldsPerfect reflection in the paddy fieldKama sutra never too far from the temple statuesQueen's bathThe funny faceSunset over the temples of HampiSadu meditatingBig loadBy the river

Archives

Expats Blog